Return to site

Delete Facebook : c'était gratuit, j'étais le produit!

Depuis le temps que je le disais, il fallait bien que je finisse par le faire

Cher Mark, je souhaite mettre fin à mon contrat à durée indéterminée dans ton entreprise Facebook.

"J'ai vraiment adoré travailler pour toi, mais c'est trop. J'ai travaillé nuit et jour, de nombreuses heures sans compter, pour aider à construire ce réseau, ce rêve d'humanité. Tu es devenu très très riche ce faisant, en vendant mes données à des annonceurs. Ils m'ont ciblé. Moi pendant ce temps là, je formais mes amis à facebook, j'expliquais l'edge rank, les publicités, comment taguer des amis, comment faire une page pro. Ah j'en ai formé des gens pour toi. Ahh j'en ai initié des personnes à voir les intérêts de ta plateforme.
J'ai créé des groupes que j'ai animé pendant des années. J'ai administré des pages, des discussions. J'ai vraiment donné beaucoup de temps pour notre projet commun, moi il m'a apporté des amis des relations et une magnifique chérie pendant que toi tu devenais un des hommes les plus riches sur Terre.
Je te rassure, je suis très content de ma situation et ne souhaite pour rien au monde échanger avec toi, je trouve juste que notre contrat n'était pas équilibré, et que tu aurais dû me rémunérer pour toute la valeur que j'ai apporté à la plateforme que toi et tes actionnaires détenez. Ou alors tu aurais dû prendre soin de mon travail et de mes données.
Aujourd'hui tu es surpris du bordel qui arrive à Facebook, je t'ai vu dans les médias, tu n'en menais pas large, mais vous n'avez rien fait pour protéger nos données, vous avez toujours réagi après coup, pour éviter la fuite d'utilisateurs.
Avec les moyens que vous aviez et la responsabilité que vous avez, il y avait un contrat de confiance entre nous, ça fait longtemps qu'il est rompu, mais je voulais quand même y croire, que tu prendrais soin de moi, que tu me respecterais et que tu honorerais ta part du contrat, même si tu ne me payes pas, que tu me protègerais, que tu me prendrais en compte, que tu me respecterais.

Force est de constater que ce n'est pas le cas. C'est pourquoi je choisis de rompre de manière unilatérale notre collaboration, pour choisir de me respecter moi.
Tout ce que tu m'apportais je peux le trouver ailleurs. Un ailleurs où mes données ne seront pas données, vendues, pillées, souvent à mon insu. Un ailleurs ou peut-être même, je choisirai de payer pour ne plus être le produit.

Tu as une responsabilité dans ce qui arrive, j'ai la mienne aussi, c'est pourquoi je pars l'esprit léger et tranquille et te remercie pour toutes ces années. Je sais qu'il n'y a pas de solde de tout compte, que je repars juste avec une copie de mes données, mais le plus important n'est pas ce que nous avons vécu, c'est de se rappeler que facebook n'a pas créé l'amitié, donc quitter facebook ne la détruira pas non plus.
L'amitié pré-existait à facebook, ainsi, sans lui, elle perdurera."

colonne FB

Partir pour de bon

Pas facile de quitter une telle pieuvre. 12 ans de vie, de partages, d'images, d'événements, de discussions.
12 ans de commentaires, de pages créées, de groupes. Depuis le Mexique en 2006 où j'avais découvert le monstre jusqu'à ce 28 mars 2018 où je me suis finalement décidé à le supprimer.

Cela faisait longtemps que je souhaitais le faire, longtemps que j'avais dit que je le ferai. Pour Snowden. Pour la liberté d'expression. Pour ne plus être victime râleuse d'un réseau qui abuse de mes données. Victime consentante puisque le réseau est gratuit, que c'est son business model et que je le sais depuis longtemps.

Je peux très bien choisir consciemment de partager un certain nombre de données et de savoir que des mate-algorythme les utiliserons pour cibler des pubs parfaites pour mon profil.
Je peux aussi le faire sur mon blog, sans laisser toutes les traces que je laisse sur facebook. Tous les clics, les likes, les j'aimes, les commentaires.
Le réseau a cela d' hideux qu'il me fait culpabiliser au moment de partir, que comme l'accro, il me manquera ceci ou cela.

Bien sûr, je coupe des ponts, des liens, des années de liens créés sur ce réseau. 4080 amis, 800 followers et je ne sais combien de groupes créés.
Mais qu'est-ce que Snowden a coupé pour révéler sa vérité et faire connaître au public l'usage aliéné de nos données?
Qu'est-ce que je perds pour pouvoir gagner en tranquillité d'esprit et en cohérence?
Qu'est-ce que facebook permettait que je ne pourrai vraiment plus faire? Chacune des fonctions une par une je peux les retrouver ailleurs.

Fear of missing out? la peur de manquer l'événement?Je raterai quoi?
La vie ne se passe pas derrière l'écran, elle est ici et maintenant

Il y a bien une ou deux fonctions qui me manqueront. Un ou deux contacts que je chercherai un peu. Mais en cas de besoin, je pourrai toujours passer par le facebook d'un ami pour récupérer l'email, le téléphone ou je ne sais quoi.

Un dernier tour avant de partir

Pour dire pourquoi je pars, pour faire le ménage.
De quelles pages suis-je encore l'admin? Prévenir celles et ceux qui m'y chercheront. Que la relève s'organise.
De quels groupes n'ai-je pas fait mes adieux?

459,2 Mo pour 7 238 éléments. Voilà ce que pèsent les infos que facebook me rend.
Que reste-t-il de toutes ces interconnexions, de tous ces commentaires, ces pings, ces tags, ces lectures, de toutes ces vidéos inutiles? l'histoire ne le dit pas.

En 12 ans, j'avais dû changer un certain nombre de fois la confidentialité de mes paramètres, de mes photos, de mes statuts pour correspondre à l'époque facebook dans laquelle je vivais, d'un réseau d'étudiants en errance à l'étranger aux soirées électros parisiennes à un média global avec ma cousine et ma tante, il m'a fallu revenir plusieurs fois dessus pour lisser l'intime et faire du politiquement correct.

Toujours veiller à ce que je donne à voir et ce que je cache.

Veiller à cette excitation que je vois en moi avant de poster et d'espérer que ce post là emportera du like, de l'attention.
Veiller à cette endormissement quand je scroll quand un zombie le fil d'actu pour faire passer le temps. Des heures d'attentions données pour sucer toutes ces vidéos inutiles et inintéressantes.

J'ai arrêté la clope en novembre et je ne le regrette pas.
J'arrête facebook aujourd'hui et je m'en réjouis déjà. Du temps de cerveau que je vais récupérer. De la liberté d'esprit que cela va me donner.
Ceux qui me chercheront pourront me trouver ici, par mail ou sur Framasphère. Peut-être même sur twitter où mon compte y est encore actif avec un twitt tous les 3 mois..

Et chez Google?

Via cet excellent article du guardian, qui reprend toutes les infos que Google a, je suis en train de faire le point de ce qu'il me semble bon de laisser chez eux ou pas.

Pour tous ceux qui souhaitent casser le Prism, sortir des fichiers ciblés, de la traque des données, il y a cet excellent site : Prism-break qui donne la liste des services open source, propres qui n'abusent pas de nos données et nous protègent. J'avais déjà commencé à en sélectionner quelques uns. Je continue, chaque jour à en utiliser un peu plus.
Pour donner moins de pouvoir à google, à facebook, et reprendre le contrôle de mes données.

J'aime donner, mais encore faut-il que je sois conscient de tout ce que je donne, à qui, et de l'intention de l'usage de celui qui le reçoit.

Rdv sur framasphère, sur twitter, par mail me@etiennehayem.fr sur ce site évidemment ou par tel, à la rubrique contact.

Pour ne plus dépendre du bon vouloir d'autrui, aujourd'hui, j'agis.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly